Redépart pour un club de passionnés ?

Le projet d'aménagement de l'Ile Monsieur n'était même pas encore sorti des cartons que déjà Nautique-Sèvres était expulsée : un trou creusé pour on ne sait quoi en condamnait l'accès. Un chantier ouvert début 2003 et laissé en sommeil, ce qui prouve son utilité... Avec ce hangar qui a vu naître les seils et les pabouks, une page de cette belle histoire était-elle tournée ?

Il aura fallu neuf mois, mais on a commencé le rebouchage de ce trou qui n'aura servi à rien. De toutes façons, creuser et reboucher, ça fait toujours dépenser de l'argent public et gêner le pékin... Donc c'est bon : c'est à des choses comme cela faites en toute impunité que l'on voit la puissance de l'Administration... Mais pas son intelligence avez-vous dit ?

Ci-dessous : le trou en janvier 2003 et son semi-rebouchage en septembre... Faire et défaire, c'est toujours travailler.

Mais, de plus en plus fort, six mois après, on finit de reboucher le trou : reboucher en deux fois, ça permet de payer deux chantiers de rebouchage au lieu d'un seul... Et toujours en toute impunité : après tout, ce n'est que votre argent, malheureux contribuables.

Décidément, à Sèvres, l'argent public ne coûte pas cher à ceux qui le dépensent.

<<<retour la vie à Sèvres