Un questionnaire à la population

 

Une première brochure, encartée dans "Le Sévrien" annonçait un questionnaire. Le questionnaire a suivi de peu... Comme toujours à Sèvres, pourquoi faire en une fois ce que l'on peut faire en deux... Ca fait toujours dépenser un peu plus d'argent public.
Ce questionnaire est un modèle de manipulation des esprits. Les ficelles utilisées pour cette manipulation sont bien connues depuis que Lenine a créé l'Agit-Prop. Le service communication de la Ville de Sèvres les maîtrise plutôt bien. Démontons-en quelques-unes.

Voir le questionnaire : [introduction] [questions 1 à 4] [questions 5 à 8] [questions 9 à 11 et loterie]

La réponse impossible

On vous demande de donner trois priorités parmi lesquelles une proposition de ne rien faire parce que la Ville ne devrait pas s’en mêler. Question 6 (solidarité) et 7 (démocratie participative). Il serait inepte de dire qu’il ne faut rien faire et d’indiquer aussi deux autres propositions… Nous serions en plein paradoxe d’Epiménide (ce Crétois, qui disait que tous les Crétois étaient des menteurs, disait-il la vérité ?). Par exemple, celui qui dirait que la solidarité n’est pas le rôle de la Ville ne pourrait pas prôner des priorités pour la Ville en ce domaine. Ces questions contradictoires (c’est une des recettes mises au point par Lenine) auront pour effet de permettre la manipulation des résultats. Par exemple, sur la démocratie participative (question 6), les réponses devraient être nulles qui seraient formulées par des personnes qui auraient aussi indiqué que ces démarches participatives ne servent à rien… Mais on ne sait pas comment le dépouillement sera fait… Donc on ne sait pas comment répondre… Il est impossible de répondre tout à la fois honnêtement et intelligemment.

La récupération.

« Êtes-vous satisfait d’habiter Sèvres ? » Bien sûr, Sèvres est une ville agréable, entre Seine et forêt, entre parc et bois, entre Paris et Versailles… Mais votre réponse sera récupérée... Comme si la situation géographique de Sèvres était le résultat de l’action municipale ! Comment répondre, avec les cases qu’on nous propose, que Sèvres serait encore plus agréable sans la mesquinerie et l’incompétence  (les scandales de Monéo pour les parcmètres, de tel agent municipal qui ment sous serment, du réseau câblé bradé par les élus, de la fiscalité qui dérape, des commerces qui disparaissent, du centre ville qui se ferme aux Sévriens des coteaux etc.).

La réponse forcée

C’est le cas de la fiscalité (question 10). Comme est rédigé le questionnaire, il est impossible de répondre qu’une fiscalité à la baisse serait souhaitable pour rendre Sèvres attractive : toutes les réponses proposées impliquent une fiscalité  à la hausse. Même celles qui prévoient moins de services à la population ou des services plus chers… Ce point est développé dans l’éditorial de septembre de « Au fil de Sèvres… »

La fausse question / affirmation

« Sèvres est reconnue au plan national pour sa démocratie participative ». Qu’est-ce que la démocratie participative ? Savez-vous que c’est considéré comme le plus grand danger de dérive de la démocratie ? Savez-vous que c’est en Chine que la démocratie participative est la plus avancée ? On ne nous dit rien de tout cela. La question est « quelles sont selon vous les trois actions les plus utiles ? » La vraie question aurait dû être celle des points les plus dangereux pour la démocratie (comme, par exemple, diffuser tel questionnaire truqué pour servir de justification à une politique qui ne serait pas celle sur laquelle les élus se sont fait élire).

La pétition de principe

L’exemple le plus flagrant est celui de la question 2. La question posée est « […]la Ville de Sèvres a lancé différentes actions. Quelles sont, pour vous, les trois plus importantes ? » Avec une réponse « La maîtrise de la circulation : zones 30, création de places de parking ». On sait qu’aucune place de parking n’a été créée en centre ville, qu’il en a même été supprimé beaucoup et que les commerces en meurent… On sait que la circulation n’est absolument pas maîtrisée : on a créé une thrombose à l’entrée du Pont de Sèvres… Et jamais aucun agent municipal n’est là pour faire circuler les véhicules arrêtés en double file aux heures de pointe (8h-8h30 du matin)… « Maîtrise de la circulation » quand, un jour sur trois, l’incurie sévrienne crée ainsi une quinzaine de kilomètres de bouchons cumulés depuis Viroflay, Ville d’Avray  et Meudon, avec toutes les conséquences qui en découlent pour l’environnement ? Répondre au questionnaire dans ces conditions revient à accepter pour vraies ces affirmations fausses (on ne vous demande pas si la Ville maîtrise la circulation, mais on allègue qu'elle le fait et on vous demande si c'est important pour vous). Ce sophisme est connu sous le nom de pétition de principe. C’est aussi un moyen largement utilisé par l’Agit-Prop de Lenine, puis de Staline.

L'achat des consciences

De tout ce que dessus, il ressort que ce questionnaire n’est qu’un leurre. Les ficelles sont grosses, mais beaucoup s’y laisseront prendre. D’ailleurs, pour attirer les réponses, la Ville offre des places de cinéma : c’est la première chose que l’on voit, sur la première page du questionnaire. Faut-il que l’estime qu’ils nous portent soit tombée bien bas pour qu’ils pensent que notre attachement à la démocratie s’achète avec des cadeaux…

 

En réalité, la seule question qui se pose en lisant cette propagande, est celle de savoir combien ce questionnaire aura coûté au contribuable Sévrien… A Sèvres, l’argent public ne coûte décidément pas cher à ceux qui le dépensent.

 

<<< retour

<<< retour page d'accueil